Le Nord pas de calais, Un champ de bataille de l’Europe.

Le Nord pas de calais,

Un champ de bataille de l’Europe.

Sous la direction de Stéphane Curveiller et Alain Lottin.

Editions les échos du pas de calais. 2014

le nord pas de calais un champ de bataille de l'europe stéphane

Les territoires formant l’actuelle région Nord pas de calais sont un lieu de passages, d’échanges et de rencontres, pacifiques ou conflictuelles. Tout au long de l’histoire, des armées de différents pays d’Europe – et du monde au XXe s.-, des chefs d’Etat  (César, Philippe Auguste, Edouard III, Charles Quint, Louis XIV, Napoléon, Guillaume II, Hitler), des généraux célèbres (Condé, Turenne, Marlborough, le prince Eugène de Savoie, Faidherbe, Pershing, Foch, Rommel et tant d’autres), les ont parcourus et s’y sont affrontés.

Les populations de notre région – qui fut littéralement un champ de bataille de l’Europe- y ont payé un lourd tribut.

Les principales batailles sont ici replacées dans leur contexte historique et international pour comprendre les motifs des affrontements et leurs conséquences. Si cette année 2014 voit la nation française commémorer quelques dates clés de son histoire : Bouvines (1214), les débuts de la terrible Grande Guerre (14-18), la Libération par les Alliés de l’occupation nazie (1944) – au cours desquelles le Nord pas de calais a été au centre des combats et soumis à  rude épreuve –  ce livre est aussi une contribution à ce qu’il est convenu d’appeler « le travail de mémoire ».

Table des matières :

-la bataille du sabis

-les batailles de Tertry et de Vinchy

-Cambrai face aux Hongrois

-la première bataille de Cassel

-la bataille de Bouvines

-la bataille de Courtrai

-la bataille de Crécy

-la bataille d’Azincourt

-les conflits de premier XVIe siècle : Guinegatte Thérouanne et Hesdin

-Turenne, Condé et les batailles de la guerre de trente ans : Rocroi, Lens, Les Dunes

-les principales batailles du règne personnel de Louis XIV

-la bataille de Fontenoy

-les batailles de la Révolution française : Hondscotte, Wattignies et Tourcoing

-la guerre de 70

-les combats de la Grande Guerre

-Mai Juin 40

-la bataille des ports

 

 

Les Provinces de France

Provinces de France.

Histoire et dynasties.

Pierre Derveaux.

Editions d’art Derveaux Saint Malo 1989.

provinces de france pierre dervaux pattin arnaud

La France n’a pas toujours été l’hexagone que nous connaissons aujourd’hui. A vrai dire, on nous a enseigné l’histoire de l’état français comme s’il s’agissait depuis toujours du même pays. En réalité, c’est l’histoire d’une lente et patiente reconquête, fief après fief, puis d’une expansion territoriale qui a fait de la France un ensemble multinational.

L’histoire de nos provinces avant leur annexion montre une identité parfois nettement distincte. Elle est illustrée ici de généalogies de leurs anciens seigneurs, parfois souverains, et des blasons qu’elles ont souvent gardés de nos jours comme emblème.

Ouvrage en deux parties :

1-      L’héritage.

2-      L’expansion.

flandre pierre derveaux arnaud pattin

Le grand gibier

Le grand gibier.

Les espèces, la chasse, la gestion.

ANCGG association nationale des chasseurs de grand gibier.

Editions du Gerfaut 2013.

le grand gibier ANCGG pattin arnaud

 

Ce guide de référence est la bible du chasseur pour passer le brevet grand gibier.

L’ouvrage de l’association nationale des chasseurs de grand gibier regroupe l’ensemble des connaissances actuelles sur le grand gibier. Cette édition est actualisée et augmentée d’un nouveau chapitre sur le traitement de la venaison.

Les espèces de grand gibier (chevreuil, cerf, daim, sanglier, chamois, isard, mouflon) sont présentées de façon très didactique. Chaque espèce est exposée selon divers aspect (biologie, éthologie, écologie, prédateurs, dynamique des populations et répartition) et, bien sûr, fait l’objet de conseils de gestion.

Cet ouvrage complet sur le grand gibier fournit des données actualisées sur d’autres thèmes encore : la forêt et la sylviculture, les différents modes de chasse (la battue, l’approche et l’affut, la chasse à l’arc   la vénerie, la recherche du grand gibier blessé), les chiens de chasse, la sécurité, l’armement et la balistique, la pathologie, le traitement de la venaison, les trophées et enfin la règlementation.

Protéger pour chasser, réguler pour conserver : voilà la double contrainte du chasseur du XXIe siècle. Elle implique des connaissances spécifiques sans cesse remises à jour ainsi qu’une stricte déontologie, seules vertus capables de redonner un sens à la mort de l’animal aux yeux des autres utilisateurs des espaces naturels et de l’opinion publique. Mais elle n’exclut ni l’émotion, ni la passion. Cet ouvrage résume et structure cette approche globale qui débouche sur le brevet grand gibier.

 

Créée en 1950, l’ancgg a pour but la promotion d’une chasse-gestion de la grande faune sauvage. Elle est notamment à l’origine de la loi sur le plan de chasse qui a permis la restauration des populations d’ongulés gibier. L’application d’une chasse raisonnée et responsable passe par une formation approfondie des chasseurs. Pour cela , depuis 1990, l’ancgg organise le brevet grand gibier, devenu référence cynégétique en France et en Belgique. Depuis 2012, l’association est reconnue d’utilité publique.

 

 

 

Quand le Nord devenait français…

Quand le Nord devenait français…

Jean michel Lambin.

Edition Fayard 1980.

quand le nord devenait français jean michel lambin arnaud pattin

 
     Le 26 juin 1658, Louis XIV entre dans Dunkerque, la première grande ville de Flandre conquise par ses armées. Vingt ans plus tard, bien d’autres villes des Pays-Bas espagnols passent sous la domination française, pour quelques années ou jusqu’à nos jours : Avesnes, Douai, Lille, Tournai, Courtrai, Charleroi, puis Valenciennes, Cambrai, Ath, Ypres et Maubeuge.

     Pendant trois quarts de siècle, le plat pays est ravagé par la guerre. « Délivre-nous, Seigneur, de la peste, de la guerre et de la faim. » Telle va être la prière lancinante de plusieurs générations de paysans, d’ouvriers et de bourgeois du Nord.

     Le sud de la Flandre et du Hainaut, le Cambrésis deviennent français dans un climat d’hostilité générale. Le roi de France est alors « l’ennemi français ». Il lève de lourds impôts et envoie des intendants tout puissants dans les provinces. Il est l’allié des ennemis de la religion, les Turcs et les protestants. Certains disent même qu’il est athée et libertin. En somme, il est le contraire du roi d’Espagne. Par ailleurs, les villes tiennent à conserver leurs privilèges qu’elles appellent des  »libertés ». Pour toutes ces raisons, on reste fort attaché à l’Espagne d’autant que le débouché naturel des Pays-Bas est Anvers, porte du gigantesque Empire espagnol.

     Alors, il faudra beaucoup de temps, de patience et d’habilité de la part du pouvoir français pour conquérir les cœurs, après avoir forcé les murailles des villes.

 

Professeur d’histoire agrégé, Jean-Michel Lambin enseigna l’histoire durant 38 ans, dont 16 en hypokhâgne et en khâgne, il fut aussi directeur de collection de manuels scolaires d’histoire de 1981 à 2011 (environ 40 manuels parus, du Cours élémentaire à la Terminale).

 

Trésors du Moyen Age.

Trésors du Moyen Age.

les collections du musée de Cluny en voyage.

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition itinérante « trésors du Moyen Age », 2017.

trésors du Moyen Age musée de Cluny arnaud pattin

 

le prêt exceptionnel d’œuvres du musée de Cluny dans les musées de la nouvelle région des Hauts de France – Compiègne, Saint Amand les eaux et Saint omer- et en Normandie -Avranches-, est l’occasion de mettre en avant la production artistique européenne du XIVe siècle en faisant entrer en résonance les chefs d’œuvre issus de ces différentes collections. Le XIVe siècle n’a pas toujours été considéré à sa juste valeur dans l’histoire des arts. Époque sombre traversée par les peste (1347-1352) et les guerres – Guerre de Cent ans (1337-1453), guerres intestines entre les familles princières-, il s’agit aussi d’une période durant laquelle la création artistique fut à la fois riche et novatrice.

Le contexte politique et mortifère n’est pas propice à lancer des chantiers de grande ampleur. L’architecture gothique marque donc une pause : pendant deux siècles, on construit peu de cathédrales et l’on préfère achever les chantiers existants ou conduire des transformations. L’architecture est délaissée au profit de la sculpture, ces deux techniques évoluent désormais séparément . La monumentalité du siècle précédent cède la place à un art de la miniaturisation des formes dans la statuaire, pour laquelle on peut se permettre d’employer des matériaux luxueux et jouer de subtils effets de surface sur le marbre ou l’albâtre. Les superbes ivoires produits à cette époque, la sculpture des retables et la statuaire de dévotion l’illustrent également. Le graphisme est plus raffiné, les plis en volutes s’imposent, en un mot un nouveau style s’affirme.

 

 

 

 

 

L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne.

L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne.

Barry Raftery.

Editions errance 2006.

l'Irlande celtique avant l'ère chrétienne barry raftery arnaud

L’Irlande représente aujourd’hui le pays celte par excellence. L’île, jamais conquise par les Romains, a préservé à travers l’Antiquité et le Moyen Age une culture baignée par les Celtes, qui occupèrent la moitié de l’Europe avant l’arrivée des cultures méditerranéennes.

L’archéologie et les textes permettent de plonger dans les racines de cette âme celte en analysant les vestiges que nous ont laissés les habitants de l’Irlande avant l’ère chrétienne.

Plus qu’une zone géographique, l’Irlande témoigne, pour tout le monde celte européen, d’une civilisation qui dura des siècles sur le continent et survécut dans un lieu où tout l’évoque.

 

Barry Raftery est une autorité internationale reconnue de l’âge du fer en Irlande. Il est à la tête du département d’archéologie et professeur d’archéologie celtique au University College de Dublin.

L’ouvrage comporte de très nombreuses illustrations et planches archéologiques.

Anatomie de la bataille.

Anatomie de la bataille.

John Keegan.

Robert Laffont 1993.

john keegan face of battle anatomie de la bataille arnaud patti

Anatomie de la bataille de John Keegan est déjà un ouvrage de référence dans le monde anglo-saxon. Il renouvelle ainsi un genre qui avait, depuis plus d’un siècle, ses lettres de noblesse et sa tradition.

Loin, comme ses prédécesseurs, de décrire la bataille telle qu’elle est jaugé d’en haut, à la manière de l’état major, Keegan la restitue par la bas, telle qu’elle est vécue par les hommes de troupe.

Azincourt , 1415. Quelle distance parcourent à pied les troupes anglaises avant de subir le choc de la cavalerie des barons français ? en quoi consistait l’intendance à l’époque ? Quelles blessures pouvaient être soignées ? Quel était le sort habituel des prisonniers ?

Waterloo, 1815. Une bataille où le feu joue un rôle décisif. Quelle troupes ? Quelle foi religieuse chez les combattants ? Quels types de rapports avec les officiers ?

Bataille de la Somme, 1916. La souffrance d’êtres de chair et de sang, terrés dans une guerre de tranchées, soumis à d’effroyables pilonnages avant de se lancer dans des assauts atrocement meurtriers.

Chez John Keegan, la bataille perd son ordonnancement de livre d’histoire pour peser son poids de sang et de volonté.

John Keegan, né à Londres en 1934, a fait ses études à King’s College, Taunton, Wimbledon College et Balliol College (Oxford). Titulaire de la chaire d’histoire militaire à Sandhurst, l’école de formation des élèves-officiers de la British Army, de 1960 à 1986, il est responsable des questions de défense au Daily Telegraph. Il a été également chargé de cours à Cambridge et à l’Université de Princeton.

Parmi ses nombreux ouvrages, l’un d’eux a donné lieu à une célèbre série télévisée de la BBC. John Keegan est membre de la Royal Society of Literature.

 

Noms de lieux picards du Boulonnais.

Noms de lieux picards du Boulonnais.

Jacques Mahieu-Bourgain.

Editions Christian Navarro 2004.

arnaud pattin lieux picards boulonnais mahieu bourgain

 

Qui, mieux que Jacques Mahieu Bourgain, était apte à nous faire profiter d’un nombre incalculable d’années de recherches patientes et enthousiastes sur le parler picard du Boulonnais, sur ses racines, sur sa lecture, que non seulement il ne se contente pas d’expliquer savamment, mais qu’il enrichit au fur et à mesure de sa quête.

Fier de ses origines, fier de sa connaissance, fier de son terroir, défenseur infatigable et talentueux de notre patrimoine, c’est une contribution magistrale et originale à la préservation de notre langue qu’il nous offre dans cet ouvrage.

 

Extrait :

« il n’existe pas de peuple picard comme il existe un peuple flamand, normand ou breton…l’aire linguistique picarde n’a jamais correspondu à une quelconque entité administrative et la population picardophone, issue grosso modo d’un mélange d’envahisseurs germaniques (les francs ) et d’autochtones belgo-romains, s’est répandue plus ou moins dans cet espace tant convoité et tant disputé que constituent les pays situés entre la Normandie et l’île de France au sud, la Champagne et les Ardennes à l’est et la Flandre au nord. »

mahieu bourgain arnaud pattin picard boulonnais

 

La mort chez les anciens scandinaves.

La mort chez les anciens scandinaves.

Regis Boyer.

Belles lettres 1994.

arnaud pattin la mort chez les anciens scandinaves regis boyer

La thèse soutenue dans cet ouvrage est qu’il a existé, dans le Nord ancien, deux cultures qui se sont superposées et dont il subsiste des interférences dans un peu tous les domaines. Celui qui est retenu ici est fondamental : il s’agit d’étudier la conception que les anciens Scandinaves se faisaient de la mort et des morts. Un patient travail d’archéologie mentale permet d’isoler deux couches, l’une archaïque, où le mort-vivant (draugr, revenant) possède une réalité physique, l’autre, plus récente sans doute, qui correspond mieux à nos habitudes, avec, tout de même, de surprenantes divergences concernant l’« âme », par exemple.
À partir de ce thème, diverses notions sont étudiées, qui vont d’une présentation des nombreuses catégories d’êtres surnaturels (géants, nains, mais aussi trolls, valkyries, etc.) aux différentes figurations du royaume des morts et des dieux qui y président.
L’essai que voici a privilégié la citation des textes nombreux et expressifs afin de couper court à trop de rêveries (sur le Ragnarök, par exemple) et aussi de faire valoir la qualité et la richesse d’une civilisation encore trop méconnue chez nous.
Régis Boyer a été professeur de langues, littérature et civilisation scandinaves à l’Université Paris-Sorbonne et Directeur de l’Institut d’études scandinaves en la même université. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et traductions qui font autorité. Il dirige aux Belles Lettres la collection « Classiques du Nord ». Il a publié dans la collection « Vérité des Mythes » Deux sagas islandaises légendaires (1996), Les sagas légendaires (1998) et Les sagas miniatures (1999). A paru également aux Belles Lettres en 2013 son Pourquoi faut-il lire les Lettres du Nord ?

On trouve dans cet ouvrage la relation qu’a faite Ibn Fadlan en 922, d’un enterrement d’un chef « rus » sur les bords de la Volga. Ibn Fadlan était « secrétaire » de l’ambassadeur du califat de Bagdad envoyé en mission dans l’est de l’Europe. Ce récit a servi de base à une scène célèbre du film « le treizième guerrier ».

Les autres et les miens.

Les autres et les miens.

Pierre Jakez Hélias.

les autres et les miens arnaud pattin

Né en 1914 au bourg de Pouldreuzic, sur la baie d’Audierne, Pierre Jakez Hélias est fils de parents ouvriers agricoles. A la libération, après avoir été rédacteur en chef de l’hebdomadaire Vent d’Ouest, il est chargé à la radio d’assurer des émissions à l’intention des auditeurs de basse Bretagne.

Président de la commission nationale de folklore à la ligue de l’enseignement, il dirigeait des stages régionaux et nationaux de civilisation populaire à travers la France.

Il fut également professeur agrégé de lettres à l’École normale du Finistère, chargé de cours de celtique à l’Université de Bretagne Occidentale.

Il est l’auteur de nombreux livrets d’études et de contes, de recueils de poèmes et d’ouvrages de synthèses (le Pays Bigouden, Vivre en Cornouailles). Son ouvrage le Cheval d’Orgueil a obtenu en 1975 le prix Aujourd’hui.

« Les miens est les autres » est un recueil de contes et de récits. La matière de ce livre a été recueillie par l’auteur pendant qu’il poursuivait l’inventaire de sa civilisation maternelle dont il devait superbement témoigner dans « le cheval d’orgueil ».

Les mêmes traits et le même ton s’y reconnaîtront sans peine mais nuancés, diversifiés, du seul fait que la quête à débordé le cadre du pays bigouden. Il évoque encore les mœurs de son pays, mais il nous fait surtout plonger dans le monde des contes, récits qu’il a recueillis ici et là pendant douze ans.

Toute l’essence d’une culture bretonne s’exprime ainsi à travers ces récits qui faisaient le contenu même des traditionnelles veillées. Entre le vrai et l’imaginaire, on apprend ainsi à « démêler la surréalité bretonne de son masque raisonnable. » « A mesure que le temps passe a dit Pierre Jakez Hélias, je me persuade de plus en plus que ces contes valent toutes les légendes du monde. »

 


1234


Mon BLOG sur l'Histoire |
Jennialogie |
Légende Urbaine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lefleuvedeleternite
| Prison1cut
| AU FIL DU TEMPS